1) Objet

2) Être praticien en Ontothérapie®

3) Collège des Praticiens en Ontothérapie®

4) Ouvrages de référence de Cyrille Odon

     -- Vient de paraître -


Objet & modalités de la pratique


1)  Objet


En Ontothérapie®, l’objet ne saurait être d’aborder toutes les souffrances, ni d’élucider toutes les formes d'expériences traumatiques vécues au cours d’une multitude d’existences menées sur différents plans dimensionnels, en différents mondes et règnes.


L’objet de ce travail est d’atteindre et d'amener à la conscience la cause première d’un type de souffrance ou de difficulté récurrente parmi les plus lourdes et difficiles à gérer, motivant la demande de l’intéressé désireux de s'en libérer. Après détermination de la nature de la difficulté ou souffrance, estimée par le patient comme la plus importante à traiter, les différentes phases du travail sont méthodiquement mises en oeuvre par l'ontothérapeute. Elles permettent, après une exploration approfondie des types de vécus[1] constitutifs de l'expérience traumatique ou souffrante, d’en élucider le programme* pathologique sous-jacent acquis par l’esprit[2] dans un contexte traumatique, en allant directement à la cause première de ce programme - sans rechercher à interpréter*- de quelque manière que ce soit - aucun de ces vécus, ni les juger, apprécier ou déprécier, non plus que s'identifier / assimiler à l'entité* ayant éprouvé ces vécus en d'autres temps, espaces, dimensions, règnes ou mondes. Le patient étant invité à se constituer témoin et observateur neutre et bienveillant  de ce qui est vécu par l'entité - sans interférer par des jugements, considérations ou mentalisations dans l'observation de ces vécus, conscientisés de la manière la plus équanime et épurée des interférences de l'ego du sujet souffrant (lequel ego, n'appréciant jamais d'être tenu à l'écart, voudra toujours jouer les empêcheurs d'aller droit au but, par orgueil et perversion).

Ce travail se fera en une séance (pouvant durer entre 1h 45 et 2h 30), ou exceptionnellement deux séances si la figure traumatique initiale est trop lourde à confronter directement ; et s’il apparaît nécessaire au thérapeute et au principe conscient* de l’intéressé d’en passer d’abord par une figure traumatique secondaire de même sens.


 La mise en oeuvre de cette pratique de l'Ontothérapie® repose sur des conditions méthodologiques rigoureuses, éliminant notamment toute possibilité d’interférence mentale, et permettant à l’intéressé d’accéder par lui-même à ses propres banques de données afin d’atteindre et parcourir dans le détail, en chacun de ses vécus, la séquence de vie remémorée. Celle-ci devant être explorée attentivement afin d'élucider la figure traumatique* initiale et en libérer le programme spécifique en conscience et en vérité (et non de façon interprétative et projective dans le cadre d’une relation transférentielle du type patient / thérapeute ou analysant / analyste). L'Ontothérapie ne se fonde en aucune manière sur les mécanismes dits du transfert* ou contre-transfert dans lesquels le fondateur de la psychanalyse voulut trouver le ressort premier d'un travail fructueux... mais "interminable".


Il est à noter que quelques personnes peu scrupuleuses se sont appropriées le concept de l’Ontopsychologie® et de l’Ontothérapie® sans s’en référer à l’auteur, ni avoir validement acquis les concepts et méthodes établies par celui-ci, en les revêtant quelquefois de références résolument chrétiennes alors que les fondements de cette approche sont bouddhistes (lequel terme signifie, en langue tibétaine : « science de l’intérieur »). Il n’en demeure pas moins que les plus grands mystiques chrétiens, musulmans, hindous, bönpos ou bouddhistes : Jacob Bœhme, Maître Eckart, saint Jean de la Croix, Rûmi Djalal-od-dîn, Shri Râmana Maharshi, Mâ Ananda Moyî, Padmasambhava, Longchenpa, Maître Dögen, etc. (ils sont indénombrables ! ), ont pu aborder ces notions essentielles puisqu’elles renvoient aux fondements universels de la nature humaine et, plus particulièrement, à ceux de l’esprit et de l’âme.


Les concepts et pratiques de l’Ontopsychologie® et de l’Ontothérapie® ont été transmis au cours de séminaires et de conférences donnés par Cyrille Odon en France, Suisse, Belgique et Canada à partir de 1998, afin d’offrir aux personnes, désireuses de travailler sur elles-mêmes, les outils ontothérapeutiques leur permettant de se libérer de leurs souffrances persistantes ou répétitives ; mais aussi, susceptibles de devenir elles-mêmes praticiennes éclairées de cette démarche clinique.


Ainsi, un Collège de Praticiens en Ontothérapie® a-t-il été créé en 2011, dans le cadre de l’association nommée « Institut d’Étude et de Recherche en Ontopsychologie® et Ontothérapie® » (I.E.R.O.®), créée en 1990 (statuts déposés à la Préfecture de la Dordogne - France) afin de transmettre et conserver l’éthique de cette discipline et la méthodologie pratique mises au point par leur fondateur  et afin que les personnes intéressées puissent disposer d'un annuaire des personnes agréées par le Collège.


Notons enfin que les outils techniques mis au point par le fondateur de l’Ontothérapie® ne peuvent, quant à eux, être exposés inconsidérément sur Internet, car ils supposent une maturité affirmée, un profond travail sur soi-même déjà réalisé, des facultés de discer nement élevées, un investissement véritable doublé d’une éthique profonde, d’une connaissance et d’une pratique effectives et authentiques des mondes spirituels (non assimilables à des croyances religieuses de quelqu’obédience que ce soit).



2. Être praticien


                   2.1) - Ce que l’ontothérapeute n’est pas et ne peut faire


- Se revendiquer d’être un « psy » (psychologue, psychanalyste, psychiatre, psychothérapeute), ou bien encore :

- Un praticien être “supposé savoir” quoi que ce soit pour son patient aux plans : spirituel, psychique, physique, physiologique ou énergétique (thérapeute d’obédience « x ») ;

- Un channel, un médium, un clairvoyant - quand bien même serait-il excellemment doté de ces facultés naturelles, il ne peut les alléguer en tant que praticien ou en faire commerce -, un guérisseur, un astrologue, un prêtre, un médecin… Ces activités pouvant par ailleurs être très légitimement les siennes ;

- Un promoteur de conditionnements universitaires, idéologiques, religieux ou culturels ;

- Un donneur de leçons ou de conseils (coach) ;

- Un “électron libre”  s’autorisant de lui-même à s’établir en tant qu’ontothérapeute, non formé, non validé ni reconnu par le Collège des Praticiens en Ontothérapie® ;

- Un être demeurant dans l’ignorance de sa filiation spirituelle, ou enfermé dans ses croyances ou idéologies ;

- Associer d’autres pratiques à la séance consacrée à l’Ontothérapie®.


                               2.2 ) - Ce qu’il devrait être ou avoir acquis


- Une personne validement formée en Ontothérapie® par des formateurs membres du Collège d’Ontothérapie® ;

- Ayant reçu probation de ses connaissances et aptitudes à exercer l’Ontothérapie®, et ayant assurément reconnu et expérimenté la validité et la qualité des pratiques et des concepts acquis ;

- Un praticien agréé, pleinement conscient de la nécessité de demeurer en responsabilité d’une pratique qu’il conduit dans le respect des enseignements reçus, et de leur filiation ontologique et spirituelle ;

- Un être ayant su et sachant tirer - en toute occasion - les enseignements de ses propres expériences ou « leçons de vie » (notamment souffrantes) ;

- Doté d’une solide expérience de vie dans la relation à ses semblables et lui-même ;

- Ayant cultivé et cultivant l’humilité en toute situation, ainsi que l’intégrité, l’authenticité, la simplicité, la transparence, la neutralité, la rigueur, la compassion et l’équanimité ;

- Un être libre de préjugés, ouvert à tous les mondes et plans dimensionnels ;

- Un méditant sachant «s’établir sur son axe » et se raccorder à  l’espace de Claire Lumière Inconditionnée, reconnu en tant que vacuité principielle ;

- Un praticien et interlocuteur n’ayant aucun projet (thérapeutique notamment), attente ou ambition pour ses patients ; un ontothérapeute respectueux du Code d’Éthique (présenté dans cette Annexe) dont il aura pris complètement connaissance, auquel il adhère totalement, et qu’il aura signé en double exemplaire (dont un pour les archives du Collège) ;

- Un praticien reconnu par ses pairsayant également signé la Charte des Praticiens en Ontothérapie® et achevé, avec probation, le cycle de formation organisé par le Collège des Praticiens en Ontothérapie®.


3. Collège des Praticiens en Ontothérapie®


 Il est formé, en son noyau initial, de trois praticiens ayant acquis une expérience suffisante en Ontothérapie® auprès du fondateur lui-même, et ayant été en supervision avec lui.

Ils savent, reconnaissent et honorent la filiation traditionnelle fort ancienne dans laquelle l’Ontothérapie® s’inscrit, et à laquelle se rattachent les traditions tibétaines Bön et Dzogchèn originelles, dont l’Éveillé Tonpa Shenrab Miwoché fut l’initiateur. Lesquelles traditions demeureront les plus sûrs garantes des trésors conceptuels et des pratiques fondamentales qui les fondent, que des générations entières de pratiquants Bönpo* et Dzogchèn* Bön, puis bouddhistes, ont recueillis, reconnus, validés et retransmis au cours des 18000 années écoulées.

Les membres du Collège d’Ontothérapie®  sont en charge de favoriser toute modalité d’échange, de supervision, d’approfondissement et de développement de leur maîtrise en Ontothérapie®. Mais également, d’inspirer et soutenir toutes formes de recherche ou de réalisation maîtrisées permettant ce développement.

Toute personne désireuse de s’établir en tant qu’ontothérapeute, aura nécessairement reçu légitimation de ce Collège et acceptera, par la suite, de rendre compte de sa pratique, ainsi que du respect scrupuleux de ses engagements, à ses membres,  ou représentants.

 Une Charte des Praticiens en Ontothérapie® et un Code d’Éthique seront remis au futur ontothérapeute lors de son agrément ; Code qu’il s’engagera à respecter.

~*~

Notes


1 -  Au regard des différents plans dimensionnels à partir desquels les différents véhicules endossés par un être se sont constitués (le corps physique en dernier).

2 - Lorsqu'un programme* implanté (cf. implant* ou auto-implant*) est acquis traumatiquement par l'esprit (imposé, implanté par) acquis par soumission, il l'est pour l'éternité en quelque dimension subséquente ou monde que ce soit en lesquels l'être endosse d'autres corps. Des quantités indénombrables de programmes ont été endossés par un être revêtant un corps d’existence, qui viennent tisser un voile d'occultation de son Principe Conscient* originel ; voile de plus en plus épais, grossi de toutes les peurs et terreurs, de toutes les souffrances, de toutes les croyances, de tous les fanatismes, de toutes les idolâtries, de toutes les cécités, acquis au fur et à mesure des "Déploiements du Chemin ”  (titre de notre dernier livre venant de paraître.



~*~

4 ) Ouvrages de référence


de Cyrille Odon


 Présentant l’Ontopsychologie®, l’Ontothérapie® et leurs applications :


* "Multidimensions de l’Être que nous sommes - Introduction à l’Ontopsychologie®"

   Editions IERO, 2004 (ISBN 2-915249-02-4) - présenté à la page Livres -                             

* "Présence Essentielle - Concepts & pratique pour une élucidation & une libération des

  causes de la souffrance"

   Editions IERO, 2011 (ISBN 978-2-915249-14-9) - présenté à la page Livres -

                                                                           














Déploiement du Chemin de Cyrille Odon * Et venant de paraître : Ontothérapie  Ontothérapie Ontothérapie
Accueil Ontopsychologie Ontothérapie Lexique Livres   Diaporama Reiki Unitaire Etres++ Liens Evènements Dossiers Interdits Cyrille Odon Dossiers Santé